EN ATHLÉTISME : LES ÉTIREMENTS, UNE HABITUDE CONTESTÉE ?

EN ATHLÉTISME : LES ÉTIREMENTS, UNE HABITUDE CONTESTÉE ?


Dans le monde sportif, malgré qu’ils soient souvent négligés, les étirements sont principalement reconnus pour leurs effets bénéfiques. Ils permettent d’éviter les blessures, de mieux récupérer et de préparer les sportifs à des amplitudes articulaires supérieur. Mais nous allons voir que les étirements sont plus recommandés dans le cadre d’activités telles que la danse et la gymnastique.

Explications :

Tout d’abord, nous allons définir et distinguer les étirements des assouplissements. Définition étirement : Les étirements sont des actions mécaniques qui engendrent une chaîne musculaire ayant pour but d’allonger les muscles et d’améliorer l’amplitude musculaire. Définition assouplissement : Les assouplissements sont des actions mécaniques qui consistent à étirer les tissus conjonctifs (tendons, ligaments et capsules articulaires). Cela permet d’obtenir un gain d’amplitude articulaire supérieur à la normale.

Deux types d’étirements :

Étirements actifs : C’est une méthode d’étirement qui sert lors de la préparation physique pendant l’échauffement. Étirements passifs : C’est une méthode d’étirement exercer en fin de séance pour retrouver une certaine souplesse des muscles après un entraînement. Sert aussi à relâcher les tensions musculaires. À éviter en début de séance.

Une contre-performance ?

Pour les sports où la vitesse, la force ou la détente verticale sont en jeu, les étirements risquent d’avoir un effet négatif sur la performance. Lors d’un étirement, les fibres musculaires s’allongent provoquant une diminution de leur capacité d’absorption et donc de leur efficacité. Il faut attendre longtemps avant que le muscle se retrouve dans son état initial. Ces deux phénomènes rendent les étirements actifs inutiles voir contre-productif avant un effort qui nécessite de la force ou de la vitesse : généralement en athlétisme !

Les étirements préviennent des blessures ?

Bien au contraire. A force d’étirer un muscle, on l’entraîne à acquérir une plus grande flexibilité. Résultat : le seuil de la douleur tolérée par le muscle augmente. L’explication la plus probable est que les étirements permettent aux muscles de s’habituer à la douleur Le sportif va donc plus loin qu’il n’en a l’habitude et se blesse plus fréquemment !

Diminue les courbatures ?

Les étirements seraient censés améliorer la récupération après un effort. Pour cela, il faudrait que les étirements actifs favorisent la circulation sanguine pour éliminer les déchets, prévienne les courbatures ou entraine un relâchement du muscle. Or, les étirements provoquent une compression des vaisseaux sanguins et ne favorisent donc pas la circulation. Il en est de même avec les étirements passifs.

Conclusion :

Les étirements actifs et passifs sont utiles pour des sports qui nécessitent une souplesse musculaire et une grande mobilité articulaire. En athlétisme, il est plutôt vu comme un facteur contre-performant. Les étirements actifs et passifs sont aussi utiles pour détendre et relâcher les tensions musculaires afin de regagner votre souplesse, pour redonner à vos muscles leur élasticité et à vos articulations leur mobilité. À condition de les effectuer dans un endroit calme.

Les étirements restent aujourd’hui encore un sujet de controverses et d’interrogations chez les professionnels du sport et de la santé (sportifs, entraîneurs, préparateurs physiques, kinés). Il n’est toujours pas possible de définir précisément quand et comment ils doivent être pratiqués et quelles techniques sont les plus efficaces. Ces conclusions ne doivent cependant pas pour autant décourager leur pratique. Le principal intérêt des étirements reste le relâchement et la décontraction musculaire et le gain en souplesse. Les étirements semblent généralement inefficaces pour la préparation du corps à l’effort, pour la prévention des blessures et des courbatures et pour la récupération. Ils ne devraient pas être placés en début d’activité sauf pour les disciplines exigeant des amplitudes importantes (gymnastique, patinage, etc.). Des étirements dynamiques (gammes en athlétisme) sont plus appropriés en préparation à l’effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *