ENDURANCE FONDAMENTALE

FOOTING : ENDURANCE FONDAMENTALE

 

Définition:
L’endurance fondamentale se définie comme étant une allure de course relativement faible où le coureur est en aisance respiratoire. C’est-à-dire qu’il est dans la capacité de mener une discussion sans être essoufflé. À cette vitesse, le corps utilise principalement la filière aérobie (en présence d’oxygène) pour produire de l’énergie et engendre très peu de production d’acide lactique (déchet métabolique du corps).
Il s’agit donc d’une vitesse de course où vous devrez vous sentir très à l’aise avec la sensation de pouvoir parcourir plusieurs kilomètres sans être fatigué.

 

Quels sont les bienfaits de l’endurance fondamentale ?
L’endurance fondamentale est une notion intéressante qui permet de développer des capacités au coureur, tel que :

  1. Amélioration de la vascularisation des tissus, ce qui augmente la quantité d’oxygène disponible pour les cellules musculaires. En bénéficiant d’une plus grande quantité d’oxygène, les muscles peuvent produire davantage d’énergie.
  2. Augmentation du nombre de globules rouges dans le sang, qui assurent le transport d’oxygène.
  3. Augmentation du nombre de mitochondries dans les fibres musculaires. Les mitochondries permettent la production d’énergie nécessaire à la contraction musculaire.
  4. Diminution de la fréquence cardiaque (FC) au repos
  5. Renforcement des articulations et tendons

 

Trouver son allure fondamentale ?
Ceux qui possèdent un cardiofréquencemètre qui vous permet à tout moment de connaître votre FC, c’est tant mieux pour vous ! Il vous suffira de jeter un coup d’œil afin de ne pas dépasser 75% de votre  max.

Voici une méthode simple pour calculer sa FC max : La méthode Astrand

Elle consiste à appliquer la formule suivante :

  • Chez les femmes 226-âge (exemple pour une femme de 40 ans : 226-40 = 186 bpm)
  • Chez les hommes 220–âge (exemple pour un homme de 40 ans : 220–40 = 180 bpm)

Ensuite, il suffit de multiplier par 75% (exemple : 75% de 186 ou de 180 bpm = 135bpm ou 139.5bpm ) et cela vous donne votre FC à ne pas dépasser.

Ceux qui ne possèdent pas de cardiofréquencemètre, n’oubliez pas que vous devez être en aisance respiratoire (il s’agira de votre moyen de repérage).
Dans tous les cas, il suffit de courir lentement.

 

Pas aussi simple que ça en a l’air:
Courir lentement n’est pas aussi simple que ça. Il s’agit d’une allure de course difficile à maintenir. Croyez-moi que vous aurez tout de suite le réflexe de vouloir accélérer sans vous en rendre compte. Et il est là le piège !

Donc évitez d’aller trop vite ou trop lentement.
À vous de gérer votre course.

 

Conclusion:
Courez lentement, n’allez pas vite.
Ne pas penser performance, pensez plutôt endurance.
Progression rapide.
Bienfaits prouvés.

 

 

ROMUALD Léo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *