L’ÉCHAUFFEMENT

L’ÉCHAUFFEMENT

 

 Jürgen Weineck, scientifique du sport allemand, définit l’échauffement par :
«toutes les mesures permettant d’obtenir un état optimal de préparation psychologique et motrice (kinesthésie) avant un entraînement ou une compétition, et qui jouent en même temps un rôle important dans la prévention des blessures. »

 Jürgen Weineck, scientifique du sport allemand, définit l’échauffement par :
«toutes les mesures permettant d’obtenir un état optimal de préparation psychologique et motrice (kinesthésie) avant un entraînement ou une compétition, et qui jouent en même temps un rôle important dans la prévention des blessures. »

Quel intérêt ?

Avant la pratique du sport, le corps est « froid », il n’est donc pas apte à pratiquer une activité sportive « violente ». Il faut donc l’échauffer progressivement pour le préparer à l’effort physique. L’objectif principal de l’échauffement est donc d’augmenter la T° du corps et de « dérouiller » les muscles. On parle d’une mise en action du cœur et des muscles. De même, il permet également de réduire les risques de blessures et d’améliorer la performance. Il est donc indispensable.

Les changements physiologiques et biologiques

La mise en action des muscles, du cœur et des poumons entraîne des changements physiologiques et biologiques : Augmentation de la T° du corps – Les articulations : la chaleur permet une lubrification des articulations en favorisant la production de liquide synovial – Contraction plus rapide des muscles – Meilleur coordination musculaire – Augmentation FC (fréquence cardiaque) – Augmentation élasticité musculaire.

L’échauffement permet donc de meilleures performances.

Un risque de blessure diminué

Un échauffement bien mené permet de diminuer le risque de blessures :

  • La résistance mécanique des muscles diminue avec la chaleur ce qui augmente leur souplesse.
  • Les tendons sont plus élastiqueset les muscles plus souples ce qui diminue le risque de déchirure et d’élongation.
  • Les articulations sont bien lubrifiées: le risque de foulure et d’entorse sont réduits.
  • Le cartilageest plus élastique donc plus résistant aux chocs.
  • Le système nerveux transmet les informations sensorielles et motrices. Il permet donc une meilleure coordinationune fois échauffée, ce qui diminue le risque de faux-mouvements et de chutes.

A savoir

Plus la température extérieure est froide, plus l’échauffement doit être long parce-que le corps met plus de temps à atteindre la bonne température.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *